ET SI LE PROCUREUR LIBÉRAIT BARTHELEMY DIAS ?

Barthelemy Dias a été inculpé et placé sous mandat de dépôt, ce Mardi 03 Avril 2018 par un substitut du Procureur de la République pour :

– provocation directe à un attroupement non armé ( article 95 CP );

– Outrage à des magistrats de l’ordre judiciaire dans l’exercice de leurs fonctions ( article 194 CP );

– et discrédit sur une décision juridictionnelle dans des conditions de nature à porter atteinte à l’autorité de la justice ou à son indépendance. ( article 198 CP ).

Son jugement est fixé au Vendredi 06 Avril 2018 devant le TGI de Dakar siégeant en matière de flagrants délits .
Pour rappel , il était en garde à vue depuis le Vendredi 30 Mars 2018 ( jour du Vendredi saint de la communauté chrétienne à laquelle il appartient) , dans la foulée de son interpellation par une escouade de gendarmes, à sa sortie des locaux du Journal en ligne DakarActu .

Pour la petite histoire, le Directeur du journal et son cameraman avaient aussi été embarqués par les pandores , avant d’être relâchés quelques heures après.

Si le procureur a le pouvoir légal de faire arrêter toute personne qu’il estime être en conflit avec la loi , il reste qu’il doit exercer ce pouvoir en scrutant à la loupe , l’opportunité de son action.

Dans l’affaire de Barthélémy Dias , il nous semble que les poursuites en cours ne sont pas opportunes pour plusieurs raisons.

D’abord , parce qu’il est compréhensible qu’il soit choqué par la condamnation à 05 ans de prison de son collègue et non moins leader politique Khalifa Sall , ce qui expliquerait ses propos ;
Dés lors ses propos doivent se comprendre comme l’expression d’un acteur politique .

Ensuite aussi , en raison du climat politique délétère du pays , cette nouvelle arrestation viendrait jeter un peu plus d’huile sur le feu ;

Enfin , la mise en détention de Dias pourrait susciter une escalade liée à la multiplication d’actes ou propos similaires à ceux incriminés, d’où son caractère peu dissuasif.

Pour toutes ces raisons et d’autres , les autorités seraient bien inspirées d’instruire le Ministère public de relâcher, au plus vite Barthélémy Dias .

Un tel geste contribuerait sûrement à l’apaisement tant souhaité, de la situation.

Me Kane Amadou ( contribution)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *