L’ex-secrétaire général de l’ONU et Nobel de la paix, Kofi Annan, est mort

© Joël Saget, AFP | En 2001, le diplomate avait reçu le prix Nobel de la paix, conjointement avec l’ONU.

L’ancien et septième secrétaire général des Nations unies, le Ghanéen Kofi Annan est décédé en Suisse à l’âge de 80 ans, a annoncé son entourage à Reuters. En 2001, le diplomate avait reçu le prix Nobel de la paix, conjointement avec l’ONU.

par FRANCE 24

L’ancien et septième secrétaire général des Nations unies, le Ghanéen Kofi Annan est décédé en Suisse à l’âge de 80 ans, a annoncé son entourage à Reuters. En 2001, le diplomate avait reçu le prix Nobel de la paix, conjointement avec l’ONU.

Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations unies et lauréat du prix Nobel de la paix, est mort samedi 18 août, à l’âge de 80 ans, a annoncé la Fondation Annan dans un communiqué publié sur Twitter. Le diplomate est mort dans un hôpital de Berne, en Suisse.

« C’est avec une immense tristesse que la famille Annan et la Fondation Kofi Annan annoncent que Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations unies et lauréat du Nobel de la paix, est décédé paisiblement samedi 18 août après une courte maladie », a indiqué la fondation.

Peu après l’annionce du décès, l’actuel secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a salué son prédécesseur comme « une force qui guidait vers le bien ».

Nobel, médiateur, avocat…

Né en avril 1938 à Kumasi, au Ghana, Kofi Annan avait été secrétaire général de des Nations unies entre 1997 et 2006. En 2001, il s’était vu décerner le prix Nobel de la paix, conjointement avec l’ONU pour leur travail « pour un monde mieux organisé et plus pacifique ».

Kofi Annan a joué un rôle dans plusieurs des évènements les plus significatifs de l’histoire récente. Depuis qu’il avait quitté, fin 2006, son mandat de secrétaire général des Nations unies, il avait été un médiateur international et un avocat passionné de causes qui lui étaient chères, comme la réduction de la pauvreté, la sécurité alimentaire et la défense de l’environnement.

Même éloigné de l’ONU, il conservait un regard attentitf sur l’institution. Dans une interview donnée en 2016 à France 24, le Ghanéen s’était prononcé en faveur d’une réforme de l’ONU.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *