Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, arrêté par la police britannique

Julian Assange était réfugié à l'ambassade d'Équateur à Londres depuis 2012.
Julian Assange était réfugié à l’ambassade d’Équateur à Londres depuis 2012. Justin Tallis, AFP

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a été arrêté, jeudi, par la police britannique dans l’ambassade d’Équateur où il vivait réfugié depuis 2012. Il

Julian Assange était réfugié à l'ambassade d'Équateur à Londres depuis 2012.
Julian Assange était réfugié à l’ambassade d’Équateur à Londres depuis 2012. Justin Tallis, AFP

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a été arrêté, jeudi, par la police britannique dans l’ambassade d’Équateur où il vivait réfugié depuis 2012. Il craignait d’être extradé aux États-Unis pour la diffusion de documents en 2010.

La police britannique a arrêté, jeudi 11 avril, le fondateur du site lanceur d’alertes WikiLeaks, Julian Assange. Elle dit avoir été invitée à pénétrer dans l’ambassade d’Équateur à Londres, ce pays ayant mis fin au statut d’asile dont bénéficiait le lanceur d’alerte.

WikiLeaks

@wikileaks

URGENT

Julian Assange did not « walk out of the embassy ». The Ecuadorian ambassador invited British police into the embassy and he was immediately arrested.

L’Équateur « a mis fin illégalement » à l’asile politique accordé à Julian Assange et l’ambassadeur a « invité » la police britannique dans l’enceinte diplomatique pour l’arrêter, a ainsi accusé le site WikiLeaks sur Twitter. En réponse, le président équatorien, Lenin Moreno, a souligné que Quito avait bien retiré à Julian Assange son statut d’asile diplomatique en raison de violations répétées des conventions internationales.

Dans l’ambassade depuis 2012

C’est dans ce bâtiment diplomatique d’un quartier chic de la capitale britannique que l’Australien aux cheveux argentés avait trouvé asile le 19 juin 2012, déguisé en coursier, pour échapper à un mandat d’arrêt pour des accusations de viol et d’agression sexuelle en Suède qu’il a toujours rejetées, défendant la théorie d’un complot.

La justice suédoise a fini par classer l’affaire, mais Julian Assange, 47 ans, refusait de sortir, craignant toujours d’être arrêté par les autorités britanniques et d’être extradé et jugé aux États-Unis pour la diffusion en 2010 de plus de 700 000 documents sur les activités militaires et diplomatiques américaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *