Pétrole : dans la tourmente, Tullow Oil aiguise les appétits

La révision des prévisions de production de la compagnie a entraîné la démission de son patron et la chute de son cours boursier. Mais le portefeuille africain de Tullow Oil demeure attractif…

Lundi 9 décembre, le groupe britannique a chuté à la Bourse de Londres, avec un titre perdant près de 70 % de sa valeur, soit 1,8 milliard d’euros de capitalisation boursière. Cette dégringolade – l’une des pires de la décennie pour une valeur de l’indice FTSE 250 – a été provoquée par la révision à la baisse de ses prévisions de production, réduites de près d’un tiers (voir graphique ci-dessous), et les démissions du DG Paul McDade et de son directeur de l’exploration, Angus McCoss, exigées par le conseil d’administration de Tullow Oil.

Un coup dur pour cette compagnie qui se présente comme le premier pétrolier indépendant en Afrique. L’ancienne junior avait, sous la houlette de son fondateur irlandais Aidan Heavey, démarré ses activités en Afrique de l’Ouest (notamment au Sénégal et au Ghana) ainsi qu’au Gabon, avant de s’attaquer à l’Afrique de l’Est – où il a été l’un des premiers à s’intéresser à l’Ouganda et au Kenya –, puis à l’Amérique du Sud.

Devenu par ses succès d’exploration un poids moyen du secteur, il a aussi noué plusieurs accords avec des majors, tel Total, intéressé par la reprise du projet ougandais de Tullow Oil.

Rassurer les investisseurs

Interviewé en marge de l’Africa Oil Week, qui se tenait début novembre au Cap, Paul McDade tentait encore de rassurer les investisseurs sur les perspectives continentales….à suivre dans JA.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *