Déjà miné par la famine et la guerre, le Soudan du Sud est désormais atteint par des essaims de criquets

Des criquets se rassemblent sur le sol du village de Larisoro, au Kenya, le 21 janvier 2020. (TONY KARUMBA / AFP)

Ces essaims qui dévastent les cultures ont déjà atteint le Kenya, l’Ethiopie, l’Erythrée, Djibouti, la Somalie, l’Ouganda, le Soudan et la Tanzanie.

D’une couleur jaune foncé, ils sont à la recherche d’une zone de ponte. Les essaims de criquets qui s’abattent sur l’Afrique de l’Est sont arrivés au Soudan du Sud, ont annoncé mardi 18 février les autorités sud-soudanaises.

Ces essaims qui dévastent les cultures ont déjà atteint le Kenya, l’Ethiopie, l’Erythrée, Djibouti, la Somalie, l’Ouganda, le Soudan et la Tanzanie. Ils sont arrivés au Soudan du Sud lundi par la frontière ougandaise, dans le sud du pays, a indiqué le ministre de l’Agriculture Onyoti Adigo.

Selon l’Agence des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), quelque 2 000 criquets ont déjà été repérés dans le pays. Leur arrivée pourrait s’avérer catastrophique pour le Soudan du Sud, où 60 % de la population est déjà menacée par la faim, en raison des effets combinés de la guerre, de la sécheresse et d’inondations.

La possibilité d’un fléau

« Nous formons des gens pour l’épandage et nous aurons aussi besoin d’insecticides et d’épandeurs. Il nous faudra aussi des véhicules, voire des avions si cela empire », a indiqué le ministre de l’Agriculture du pays.

La FAO estime qu’il s’agit de la « pire situation » qu’a connue la Corne de l’Afrique en un quart de siècle concernant les criquets pèlerins. Si le phénomène d’invasion s’aggrave, dans un an ou plus, cela serait considéré comme un fléau. Il y a eu six grandes invasions de criquets au vingtième siècle, dont la dernière s’est produite en 1987-89.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *