Covid-19: le Cadre unitaire de l’islam demande la réouverture des mosquées pour «réarmer les musulmans»

Après l’Ong Jamra, le Cadre unitaire de l’islam a aussi demandé la réouverture des mosquées qui sont, jusque-là, fermées pour éviter la propagation du coronavirus dans le pays. En effet, cette organisation islamique, qui dit se joindre à l’élan national pour «sauvegarder» la vie des Sénégalais et «consolider» leur résilience sanitaire, économique et sociale, soutient que cette réouverture va permettre de «réarmer psychologiquement et spirituellement» les musulmans contre les effets du Covid-19.

«Étant donné la nécessité de continuer à mobiliser positivement les musulmans sénégalais dans la lutte contre le Covid-19, et à l’écoute des autorités religieuses, des comités scientifiques des confréries et associations islamiques, des imams et oulémas, des experts de divers horizons, le Cadre unitaire de l’islam se fait l’écho de la demande pressante à l’État et aux autorités de procéder à un assouplissement progressif et réfléchi des dispositions réglementaires actuelles qui sont appliquées à nos mosquées», lit-on dans ce communiqué parvenu à Seneweb.
Qui relève, dans la foulée, que «cette réouverture des mosquées, relevant d’un renforcement de la résilience, réarmera psychologiquement et spirituellement les musulmans et leur permettra d’affronter de manière durable les contraintes liées à la lutte contre le Covid-19».
Toutefois, le Cadre unitaire de l’Islam au Sénégal dit être conscient qu’un tel réaménagement devra, nécessairement, s’accompagner de dispositions concertées dont l’application rigoureuse sera de la responsabilité de tous. Ce, «conformément au protocole édicté par les autorités sanitaires».
Il s’agit, entre autres mesures, de la désinfection régulière des mosquées, du port systématique de masques, du lavage et désinfection des mains, de la prise de température par thermoflash, de l’utilisation obligatoire des tapis individuels, de la distanciation physique rigoureusement respectée, de l’ablution à la maison après lavage des mains au savon.
Car, selon eux, à l’heure du bilan d’étape dressé par les autorités politiques et sanitaires, un nouveau contexte émerge, avec la prolongation de l’état d’urgence (jusqu’au 2 juin 2020) qui va s’étendre sur le reste du mois béni de Ramadan et la fête de Korité.
Couvre-feu nocturne de 21h 30 à 5h 00
«Le Cadre unitaire prend toute la mesure de la situation sanitaire qui a pu motiver une telle décision. Celle-ci a aussi besoin d’une forte adhésion de nos communautés, nécessaire à son effectivité dans le même esprit de renforcement de la cohésion nationale mais aussi de plus grande harmonisation des positions des religieux garantissant l’engagement de toutes les forces vives de la nation», précise l’organisation.
Par ailleurs, le Cadre unitaire a également proposé «l’assouplissement du couvre-feu nocturne de 21h 30 à 5h 00 du matin». Ce, pour permettre aux musulmans de «mieux préparer leur journée de ramadan et enlever la pression qui favorise les rassemblements indus dans les après-midis au niveau des boulangeries et lieux de commerce», selon la même source.
Ladite organisation islamique compte, d’ailleurs, entamer des concertations avec tous les acteurs religieux en vue d’une application rigoureuse de ces mesures d’accompagnement.
Le Cadre unitaire appelle les musulmans «à continuer à s’engager résolument dans la lutte contre l’épidémie par le respect strict des mesures préventives et recommandations des autorités et à accentuer les efforts d’introspection individuelle et collective, d’élévation spirituelle et des prières ferventes pour la fin de l’épidémie Covid-19 et de ses conséquences». Non sans réitérer son «attachement sans faille au renforcement de la solidarité et de l’entraide, conformément aux principes, à la tradition islamiques et à nos valeurs de solidarité partagées».
Seneweb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *