FACE-À-FACE MIMI / IDY : Une passation de service après différentes passes d’armes dans les dédales du CESE

Un face-à-face Mimi Touré/Idrissa Seck, même le temps d’une cérémonie de passation de service, pourrait bien être cocasse, au vu des relations politiques heurtées entre les deux.
Si le natif de Thiès n’a jamais attaqué ou répondu aux attaques de celle que beaucoup appellent « dame de fer », il n’a jamais, cependant, manqué de lancer des pics et de provoquer l’équipe dirigeante. Et sans jamais se lasser, Mimi avait toujours été aux aguets pour lui apporter la riposte et laver l’affront.
Vraisemblablement, il n’était pas question pour l’ancien Premier ministre du Président Sall de laisser Idrissa Seck s’en prendre à son leader ou déprécier la politique du gouvernement et repartir tout tranquillement chez lui, sans en prendre pour son grade. Et c’est curieux que c’est celui qu’elle défendait qui, après l’avoir remplacée contre toute attente, lui demande de céder son fauteuil à son bourreau d’hier.

QUAND MIMI DÉZINGUAIT IDY

Déjà en novembre  2015, l’on se rappelle lorsque Mimi Touré dézinguait le patron de Rewmi en ces termes, dans l’affaire de la mort du jeune étudiant de  Diourbel : « Monsieur le Premier Ministre, vous faites la politique à l’ancienne; si vous pensez que charrier régulièrement des impolitesses à l’encontre de la première institution du pays vous rendra sympathique auprès des sénégalais, faites donc et vous l’apprendrez encore une fois à vos dépens. Le Sénégal est un pays qui a bien évolué, Monsieur le Premier Ministre « .
Le 19 mai 2018, elle exigeait du même Idrissa Seck qu’il présentât ses plates excuses à l’armée. Mimi Touré accusait celui-ci d’utiliser la malheureuse mort de Fallou pour revenir au devant de la scène  politique en manquant de respect à l’armée.

En mai 2019, au lendemain de la Présidentielle, Mimi Touré faisait la leçon au malheureux perdant : «Plus de deux mois après l’élection présidentielle, Idrissa Seck qui, faut-il le rappeler, n’a obtenu que 20% des suffrages des Sénégalais, a présenté hier un soi-disant livre blanc des irrégularités du scrutin. À la lecture du document, il est évident que les allégations ne correspondent en rien à la réalité vécue par les électeurs et les observateurs indépendants.
Le candidat Idrissa Seck s’est bien gardé de saisir une quelconque juridiction habilitée pour contester la véracité des résultats issus du scrutin. Ses représentants siégeant au niveau des commissions départementales de recensement des votes et celui présent au niveau de la commission nationale n’ont déposé aucun recours. Le mandataire de Idrissa Seck auprès du Conseil Constitutionnel n’a non plus formulé aucune contestation à la publication provisoire des résultats par le Conseil Constitutionnel. Rien de plus normal puisqu’aucun des représentants de Idrissa Seck ne disposait d’éléments de contestation sérieuse ».

BREF…

La prochaine rencontre entre les deux Présidents risque d’être particulière pour les deux leaders politiques qui ont, visiblement, cultivé entre eux un désamour politique évident.

Avec Dakaractu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *